Un forum Rpg basé sur la série transformers prime et qui prend effet entre la saison 2 et 3.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [En cours] - Everything will fade and rust

Aller en bas 
AuteurMessage
Jet-Cross
Membre
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 24/10/2018

MessageSujet: [En cours] - Everything will fade and rust   Sam 27 Oct - 15:35







Ashes to ashes, dust to dust

Nom: Jet-Cross

Faction: Autobots

Grade: Capitaine

Origine: Cybertron





> Apparence Physique <

Taille : 9 mètres et 56 centimètres

Genre: Masculin

Armement :
- Gatling GAU-8/A Avenger : Arme lourde aux munitions anti-blindage alimentée au plasma, elle possède sept canons rotatifs avec une forte cadence de tir. Faites pour les couvertures et les balayages vastes, créant un maximum de dégâts, même sur de grands bots. Elle se situe sur le bras gauche.

-Mitrailleuse Browning : Arme légère faite pour les espaces confinés et clos, elle est de cadence rapide comme la gatling, mais reste un calibre réduit. Elle sera très utile contre les bots de petites tailles, grâce à son alimentation à l'énergon. Elle se situe sur le bras gauche.

-Canon ionique : Arme de faible puissance, elle ne fera bien souvent que peu de dégâts sur les grands bots. Pour autant, le canon ionique à la particularité de compenser sa faible puissance par sa capacité à passer au-travers les boucliers électromagnétiques. Il surchauffe aisément, il faut donc l'utilisé avec précaution.

-Blindage renforcé : Etant un avion de chasse polyvalent et capable d'être utilisé en tant que bombardier, il est normal pour lui d'avoir hérité d'un blindage supplémentaire, lui permettant de résister plus facilement aux tirs ennemis.

Les spécialisations :
- Chasseur
- Armement
- Interrogatoire
- Reconnaissance de terrain
- Vétéran des combats aérien

Description Physique :


Forme alternative :
Messerschmitt ME-262 de 1944

Taille :
Hauteur : 3,83 m
Longueur : 10,58 m
Envergure : 12,51 m
Masse :
A vide : 3 800 kg
Avec armement : 6 400 kg
Maximale : 7 130 kg
Vitesse :
Maximale : 878 km/h (Mach 0,71)
Décrochage : 175 km/h
Ascensionnelle : 1 200 m/min





> Psychologie <

Surnom : Hum Buzz

Alignement: Chaotique-neutre

Réputation :
Chez les Decepticons : Un seeker de plus ou de moins, il n’as pas fait en son temps chez les Decepticons, beaucoup de différence dans la masse de Chasseurs sous la gouverne de Strarscream. Pour autant, il c’est plusieurs fois illustré durant des combats violents et sera reconnu comme un bon support des troupes et apprécié de ses camarades. Son côté stoïque mais moralement droit lui vaudra d’être aimé des soldats de rang, avant sa trahison.

Chez les Autobots : Son nom hantera longtemps les mémoires des survivants qui l’affronteront. En effet, son arrivée était toujours annoncée par un bourdonnement, similaire au son des missiles V1 (suite à blessure qui n’a jamais bien guéris). Il terrorisera des générations entières d’Autobots psychologiquement parlant, notamment en tant qu’interrogateur, il sera le cauchemar de bons nombres de soldats, lorsqu’il servait sous Megatron. Aujourd’hui, il est mis à l’épreuve et n’as pas droit l’erreur. Beaucoup serait prêt à prendre la chance de pouvoir le faire souffrir.


Faiblesses :
- Sa culpabilité dans la mort de nombreux cybertroniens et la destruction de Cybertron, le rends sujet à la dépression.
- Il se montre revêche à toute forme d’autorité ou d’ordre,  très susceptible sur le sujet, après des années de maltraitance sous le joug des Decepticons.
- Internalisant la totalité de ses émotions et sentiments, il est extrêmement fermé, se qui le rends instable et lui donne des excès de colère.
- Isolé, il peut facilement pencher du mauvais côté de la balance s’il n’as pas de soutiens
- Il lui est impossible d’être discret à cause du sinistre son qu’il crée en volant
- Il est thanatophobe (phobie de la mort)
- Souffre de TSPT

Particularités :
- Vision thermique
- Brouilleur de signature énergétique (elle n’est utilisable que sur lui. Les autres ne pourront pas bénéficier du brouillage)
- Bouclier électromagnétique
- Capteurs de variations d’air et de pression
- Il émet un son similaire au missile V1 lorsqu'il vole, à cause d'un propulseur mal régulé

Mental :

Comme tout être doué d’intelligence et de facultés de raisonnement, Jet-Cross présente différentes persona selon les personnes, situations et précédentes expériences. Il ne se comportera pas de la même manière en combat, que dans la vie de tous les jours, il est donc important de différencier ses dernières.


Soldat :
En tant que tel, il se montre stoïque et implacable, d’une redoutable efficacité, il ne se bat que pour mettre ses ennemis à terre et fait en sorte qu’ils ne se relèvent plus. Pour autant, il montre un certain respect à ses concurrents, en évitant les souffrances inutiles et tue de manière rapide ses adversaires, lorsqu’il en a l’occasion. Vétéran des combats aériens et bon stratège, il n’en reste pas moins un très bon lutteur terrestre. Il n’hésite pas cela dit, à utilisé les méthodes les plus sales pour vaincre. Pour lui, sa devise est « Tuer ou être tué ». Ainsi, il ne montrera aucune pitié peu importe la personne qui osera l’affronter. La clémence ne lui est que très rare et jamais sans raison, car c’est un calculateur avisé, qui ne manque pas de zèle.

Sans être froid, il ne montrera jamais de remords face à ses actions, car pour lui, les morts sont des inévitabilités de la guerre. Se sacrifier pour les autres est inutile à ses yeux. S’il est possible de vivre pour combattre, alors il continuera. Outre se fait, il n’est pas suicidaire et en cas de blessure assez grave pour qu’il sonne la retraite, n’hésitera pas à prendre la poudre d’escampette. Pour lui, il n’est pas question de lâcheté, mais plutôt de logique. Mourir en affrontant des adversaires qu’on sait être incapable de vaincre est un manque de discernement et prendre la fuite n’est qu’une façon de remettre les choses à plus tard. Il se montrera d’ailleurs très ferme sur le sujet en temps que Capitaine. D’une forte autorité et d’une bonne aura de commandant, il n’est pas quelqu’un qu’il faut prendre à la légère.

« Mourir aux noms des autres, c’est bon pour les idiots. » A ses optiques, la seule raison valable de mourir face à un ennemi, c’est d’être en combat et de prendre un mauvais coup ou en essayant de s’échapper. Quiconque cherchera à se sacrifier pour lui recevra une bonne correction. « Si tu n’es pas assez fort pour protéger les autres, alors entraine-toi, plutôt que de vouloir rejoindre l’AllSpark. » Car, oui, pour lui, la couardise, ce n’est pas d’échapper à ses poursuivants ou fuir des combats, mais de vouloir mourir pour quelqu’un d’autre qui n’as rien demandé. Il considère que mettre le poids de sa vie sur les épaules d’un autre est la pire preuve d’amitié ou d’amour que l’on puisse faire à quelqu’un.

Loin du classique officier supérieur qui juge ses soldats, il est au contraire à l’écoute de ses derniers quand ils demandent de l’attention et fournis des conseils. Sa moralité en tant que tel est assez droite et il ne montrera que rarement sa cruauté, qui ne fera jour qu’en face de deux personnes : Megatron ou Starscream. Calme et d’un général posé, il n’est pas très bavard quand il est dans l’action, mais n’hésite pas à lâcher des insultes dans les combats. Au final, s’il sent que la situation va au-delà de ses capacités, il n’hésitera pas à ordonner le repli de ses compagnons et attendra qu’ils soient tous en route, avant de partir lui-même du champ de bataille. Tout comme le capitaine ne quitte son navire que lorsqu’il n’y a plus personne à bord, il ne part que lorsqu’il n’y a plus personne de son côté présent.


Dans la base Autobots :
Dans la vie de tous les jours, il n’est pas un Transformers très joyeux ou très amusant. Souvent à l’écart, il ne s’isole pas parce qu’il ne veut pas s’intégrer, mais parce qu’il a peur de s’intégrer. En effet, sa souffrance chez les Decepticons et sa culpabilité face à la mort de beaucoup de siens le rendu très sujet à la dépression et des nuits de recharge agitées, ajoutant à sa réclusion et son manque de conversation. Attentif, pourtant, aux problèmes qui pourraient surgir, il n’hésite pas à prêter main forte sans rien demander ou sans qu’on ne lui demande rien, enfin de pouvoir faire ses preuves chez les Autobots et ainsi, se racheter une conduite, qui, il le sait, ne le sera jamais vraiment. Loin du préjugé du Decepticon réhabilité qui veut tout détruire et se venger, déluré ou complètement fou, il est à vrai dire, philosophe à ses heures perdues et serait capable de passer des heures à débattre de sujets existentiels pour le plaisir.

Bien qu’il ne soit pas grand ami avec les humains, il n’en reste pas moins très poli et parfois de bon conseil lorsqu’ils ont besoin de poser des questions. D’un naturel posé et cool, il aime s’entraîner, tenir ses armes propres, et a pour projet de devenir médecin (si Ratchet le veut bien !) lorsqu’il se sentira prêt. Il sera souvent vu perché au-dessus des autres, sur les poutres métalliques et à défaut, sera dans un coin en train de se reposer sans jamais réellement faire de sieste. Terrifié de dormir et d’être confronté aux abominations qu’il a commis, il sera souvent vu errant dans la base et sera le premier volontaire lorsqu’il s’agit de faire de la reconnaissance ou des patrouilles.

Fuyant comme la peste sa chambre, il apprécie d’être entouré, tout en évitant les contacts physiques envers les autres. Il s’estime indigne d’être touché et, tout en restant amical avec les gens qui lui parle, il est très instable lorsqu’on aborde son passé. Fermer comme une huître sur le sujet, il a pris pour habitude de fredonner des chansons lorsqu’il ne se sent pas de parler et de marcher comme un fantôme dans la base, s’il ne sort pas prendre l’air. D’une grande douceur avec les animaux et Raph (ce dernier est assez innocent pour que Jet-Cross ne le considère pas comme un parasite.), il est également très gentil avec les enfants en général. Il est également aisément abordable si on lui donne de quoi lire ou apprendre de nouvelle chose, peu importe le sujet.

Les Hommes :
La relation qu’entretient Jet-Cross avec les Hommes est assez particulière. En effet, sans haïr ses derniers, ni vouloir leurs morts, pour lui, se voit chez les humains, ce qu’il s’est passé sur Cybertron. Il estime que la Terre est condamnée au même destin que sa planète avec les humains autant par leur faute que celle de sa propre espèce qui apporte une guerre intergalactique. Pour autant, il estime qu’il doit protéger la planète qu’il foule, autant parce que c’est sa nouvelle maison, que pour sauver les vies innocentes qui la traversent.

La progéniture de ses derniers est à ses optiques encore assez innocentes pour être aimée et épargnée, quant aux autres, il leur répondra toujours la même chose « ce ne sont pas les Hommes que je défends, ni leurs libertés ou droits. C’est la Terre. Si vous devez mourir pour qu’elle survive, ainsi soit-il. » Il considère d’ailleurs, le même traitement va pour son espèce.

Pour ce qui est des trois jeunes de la base, sauvé de Raph, ce dernier ne se sens pas très proche de ses jeunes gens et n’apprécie guère Miko, qu’il estime trop bruyante ni Jack, trop ressemblant à Prime, se qui à le don de l’irriter. Bien qu’il soit déjà plus proche des humains soldats ou agent comme Fowler, il n’en reste pas moins assez éloigné des êtres humains en général.

Face au miroir :
Lorsqu’il est seul, alors seulement, Jet-Cross dévoile son vrai visage. Derrière les différents masques qu’il porte et affiche à la face du monde, il perd alors, cette grandeur qui semble inépuisable pour devenir une bête abattue et à bout de forces. C’est un cybertronien fatigué et brisé par la guerre, incapable de se réconcilier avec ses actions. Se considérant comme un lâche et un monstre, il ne vis que parce qu’il est n’est pas capable s’ôter l’existence de lui-même. Sa survie ne dépend que de cette phobie qui l’habite, ses nuits hantées et ses jours longs et épuisants.

Ca haine contre sa personne est d’autant plus virulente, qu’il n’arrive pas à changer malgré ses efforts et se sent misérable. Fragile, derrière la barrière qu’il montre, il est à vrai dire, très instable et souffre de TSPT (trouble de stress post-traumatique). Loin du rôle de Capitaine, de soldat ou de camarade, il devient alors ce qu’il n’a jamais pu être. Lui-même. Toujours emprisonner dans des responsabilités et casé dans des rôles, face à lui-même, Jet-Cross sais qu’il n’as pas vécu plus que les autres, mais pourtant est et reste faible. Il se sait pathétique et se sait n’être ni fort, ni grand, tout au plus un coquille vide sans intérêt personnel et sans projet. Seule, réside l’envie de racheter ses fautes, qu’il estime être incapable de payer dans tous les cas et, fait donc de son mieux tout en sachant que cela ne sera jamais assez.

Culpabilisant pour ses actions, il se punit durement et ne s’accorde que de rare pause dans la base Autobots quand il le peut ou que son corps n’arrive plus à suivre la cadence. Il lui est déjà arrivé plusieurs fois de surchauffer, sans qu’il n’y accorde beaucoup d’attention. Bien qu’il ne soit pas un adorateur de la souffrance, si cette dernière lui est infligeait à la place de ses camarades, il prendrait la place de bonne volonté, bien entendu, s’il sait qu’il ne risque pas la mort. Prudent sur les relations qui l’entoure, il sait qu’il ne supportera jamais le poids de perdre quelqu’un d’autre qui lui est proche et fait en sorte de ne plus s’attacher à qui que ce soit.






> Background <


Prologue :

Car la guerre… La guerre rends fou les Cybertroniens. Sur Cybertron, cette folie a frappée et transformé ses habitants. Violence est devenue bestialité possédée, la mort est devenue apocalypse contrôlée les combats sont devenus des carnages organisés. Cette guerre, à hantée les soldats, elle à hantée les habitants qui pourtant n’en n’eurent qu’un lointain écho. Et parmi ses fantômes qui seraient traumatisés de cette furie sans nom ni but, ce trouvait des soldats comme moi. J’étais des militaires de métiers, des meurtriers légalisés pour la protection de la nation. Des forces que le Conseil ne pouvait pas laisser de côté. Et le gouvernement, dans sa rage de sang et de pouvoir, demanda l’irréparable aux Cybertroniens. De ce péché aux pierres bleu comme le sang qu’elles feraient couler, le feu et la cendre frappèrent, enfer sur notre monde.

Cette puissance dévastatrice, cette horreur qui n’avait rien de possible, porté par la main de la terreur et du désespoir des soldats fatigués, força le monde à voir se que la guerre était dans sa plus grande misère. Elle força les soldats à comprendre le pouvoir de création et de destruction, plus grand encore qu’ils ne pouvaient le penser. Mais les Transformers, à force de se prendre pour de Dieux, finiraient par être brûlés. En ce bas monde où les chiens des militaires sont des atouts tels des cerbères du Conseil, les péchés ne sont pas pardonner, car Primus n’en a plus à donner. La pitié ne vient plus du cœur des Cybertroniens, seule la monstruosité primaire en jaillit.

Dans une bataille, peu importe le côté duquel vous êtes, l’ennemi n’est guère différent de vous. Il a des amis, une famille, une nation à protéger. Tout comme vous. De l’aliénation du monde des Transformers, les combats tuent pour ne pas être tué, dans se paradoxe ou tous se ressemble et pourtant se battent aux noms de ceux qui ne voient que des chiffres s’affichaient sur leurs bureaux, là, où surplace, s’étalent rivières de sang et de cadavres. Imaginez dans cette violence primale, cette psychose décérébrée, de leurs survies en dépendant, des civils ou des combattants s’arrachant leurs vies comme des bêtes félones.

Dans cette hérésie, moi, trop jeune pour être soldat et déjà trop vieux pour combattre, épuisé et harassé de folie et de sang, me perdis dans les ravages de cette machine sans pitié qu’est la guerre. J’en perdis de vu mon objectif premier et dans un massacre sans pareil et une aliénation sans précédent, je continuais de tuer sans m’arrêter. Esprit fracassé et briser par des vies prisent qui me hante la nuit, figeait dans une boucle temporelle que même les soldats n’arrivent plus à quitter, les massacres s’enchaînes et se déchaînes. Et quand enfin, dans une éternité des années qui arrivent, le silence sur le monde revient, ce n’est pas parce que sa soif de sang est étanché, mais parce que plus personne ne peux se relever.

Sous les vies arrachées qui s’amoncelles et de cauchemars qui me hante pourtant, pas un regret ou un remord ne m’habite, car tant que mon objectif ne sera pas complété j’irais toujours de l’avant, une force aussi folle qu’est le monde dans lequel je vis, une puissance impossible à arrêter, contre un objet qu’est la guerre des esprits, impossible à bouger. Des luttes invisibles se font et se créées dans tout cette furie volatile, cette folie de puissance et de ravages des gouvernements, cette destruction sans pitié ni clémence, une deuxième constante reste et forge l’Histoire, peu importe à quel point ont essaye d’apprendre à ne jamais la recommencer.

La guerre... La guerre rends fou les Transformers. Ou plutôt, les Transformers ont rendus fou la guerre.


Chapitre I :


Localisation : Cybertron, 35°50'18"N 115°40'31"W
Date : Ère de la Grande Guerre, jour cinq, sixième mois
Heure : 34 : 45 : 21


Le vol jusqu’en terrain ennemi s’était passé sans problème, maintenant, le danger était réel. Jusqu’ici, nos signatures n’avaient pas étaient repérées, mais je savais que ce n’était qu’une question de temps, avant que cela ne le soit. C’était bien pour ça que les missions de reconnaissance étaient un véritable enfer. Quittant notre précédente formation de croisière "Route", j’ordonnais à l’unité de prendre celle, bien plus efficace en cas d’attaque de "l’Échelon". À une hauteur de trois kilomètres, nous étions facilement repérables et des proies faciles pour des canons des gros calibres, mais il n’y avait pas d’autre moyen de repérer les infrastructures Autobots, de plus le brouillard qui c’était levé depuis quelques heures nous offraient une couverture, aussi médiocre était-elle.

L’ordre était le silence radio pour éviter toute interception du signal de transmission qui nous trahirait à coup sûr. À cette distance, impossible de crypter une ligne de communication. Je ne pouvais pas me permettre d’échouer, je le savais. Sinon, je servirais bientôt de partie de réserve pour les autres soldats. Megatron n’accepterait jamais l’échec de cette mission. Et aussi pathétique que soit ma vie, j’y tenais encore assez pour ne pas vouloir tester la patience de se dernier. Nous étions, selon toute vraisemblance, a moins de six kilomètres de l’objectif principal, lorsque le premier tir a résonnait dans mon détecteur auditif, tandis que dans mon ordinateur de bord affichais un signal d’attaque imminente. Rompant notre formation, sachant pertinemment que, désormais, nous étions des cibles vivantes, j’effectuais un tonneau barriqué, le plasma lumineux rasant de peu mon aileron gauche dans un sifflement perçant, avant de disparaître dans la fumée qui nous entourait. Maudit brouillard. Mes protocoles de combat prirent immédiatement le dessus.

Impossible de voir les ennemis, mais impossible pour eux de viser précisément. Ils devaient probablement faire au son et au peu de visibilité qu’ils avaient. Même avec le programme de prédiction impossible pour eux de nous toucher.
- « Capitaine, quels sont les ordres ? J’entendis la voix de Dirge me demander, nerveux à travers la radio.
- On se sépare, tirait uniquement si vous avez les cibles en visuel, ce n’est pas le moment de faire des tirs alliés. Je grommelais, dévoilant mon artillerie de combat, sortant de mon blindage.
- À vos ordres ! »
Sur ses dernières paroles, je vis Dirge, Nacelle, Sandstorm et Thrust partir dans des directions différentes. Merveilleux, juste ce dont j’avais besoin, vraiment. Starscream va me démanteler si je ne réussis pas cette mission !

Faisant une manœuvre de ciseau, j’enclenchais ma vision thermique pour espérer trouver mes adversaires dans cette purée immonde. Je finis enfin par trouver un point rouge à deux heures de ma position. Faisant tournoyer ma gatling, je fis feu sans avertissement. Les lourds coups rapide et successifs résonnèrent dans le silence aérien presque comme des coups de tonnerre, tandis que les Autobots, voyant l’effet de surprise se dissiper, se mettaient à canarder dans un balayage large les cieux. Le quadrillage était tel qu’il s’en fallut de peu pour que je ne me fasse pas descendre immédiatement. Fichues tourelles ! Il n’y avait que les Autobots pour être aussi agaçants… Effectuant un virage de dégagement, j’essayais de trouver le bon alignement pour tirer, quand Nacelle me passa sous le nez, cockpit en feu.

- « NACELLE ! »
Je hurlais à travers la radio, plus par réflexe, que réelle utilité non seulement il ne me répondrait pas, mais je savais d’avance qu’il était perdu. Il descendait déjà, faisant des tonneaux incontrôlé, s’enfonçant dans l’obscurité de se nuage blanc, contrastant avec la fumée noire grasse et épaisse qu’il avait laissé derrière lui. Comme pour me donner raison, d’autres tirs résonnèrent bientôt, venant de plusieurs directions à la fois. Bon sang, ils nous avaient encerclés. Un piège visant à créer une cuvette d’où on ne pouvait pas sortir a cause de la couverture. Ils ne leur restaient plus qu’a nous tuer sans risque. Ils ne payaient rien pour attendre.
- « A toute l’unité, retraite ! Retournaient sur base, immédiatement ! L’ordre ne souffrait d’aucune contradiction.
- À vos ordres ! »
Répondirent en chœurs les soldats, se dispersant dans une débandade, loin de la glorieuse unité des Chasseurs d’energon d’autrefois. Il n’y avait rien d’honorable, de toute manière, à cette guerre. C’était tué ou être tué, rien de plus ou de moins. Mettant mon propre commandement à exécution, j’effectuais un Immelmann inversé, tentant d’échapper aux lourdes tourelles et leurs visières plus qu’efficace.

Occupé à prendre de l’altitude et à esquiver les tirs qui semblaient se croisaient et se resserraient au fur et à mesure que je montais, le signal de collision imminente, arriva bien trop tard pour que je puisse faire autre chose que de prendre de plein fouet la carcasse en flamme et tombant en morceau de Dirge. Sous l’impact, je fus projeté hors de ma trajectoire initiale, perdant momentanément de la vitesse et le contrôle sur ma position. Partis sur plus de cinquante degrés sur la droite, le tir qui suivit, fut le dernier pour moi. Le plasma s’enfonça comme dans du beurre dans mon propulseur gauche et traversa jusque à l’intérieur du cockpit. Alternateur, Soupape et une partie des suspensions hydrauliques furent détruites, manquant de peu mes fonctions vitales, dans une explosion retentissante, le métal gémissant et grinçant sous la soudaine pression. La douleur me traversa, remontant jusque dans la chambre crânienne, pour redescendre le long de mes processeurs. Je poussais un terrible hurlement perçant et strident.

Dans un automatisme fiévreux, mon ordinateur de bord s’activa, scannant rapidement et créant des diagnostiques, tandis que mon altimètre m’indiquait que j’étais en chute libre. Tentant de faire un roulé-boulé pour me remettre dans une position adéquate, j’essayais de redresser mon nez afin d’aplanir la surface qui entrait en contact avec l’air et ainsi ralentir ma descente. La manœuvre, ne fut que partiellement réussis, tandis que les premiers résultats s’affichaient devant moi.
D̴̛͇ī̴͔à̷̫g̴̡̛ṇ̶̛ơ̴̯ş̵̈ẗ̶̮i̸̭͆c̸̱͐s̵̪̑ ̶̪̂ë̷̲n̵̫̑ ̶̨̕c̴̼̃o̵̲͛u̴͍͒r̶̮͒ş̴̎…̶̹͒…̵̈́ͅ…̴̧̌…̶̤͂…̸̟̀…̸̟́…̶̖̔…̶͜͝…̶̠̈…̷̦͂…̸̨̛…̷͚͝…̵̛̰…̵͉́…̴͈̃…̸̜͝…̵̫̉…̷̤̋…̶͖̔…̸̜̚…̶̣͐…̷̤̈́…̴̞͊…̷̰̈…̸̳̽…̸̪̓…̸̳͑…̶̬̆…̸̖̒…̸̼͋…̴͔̿…̴̰̈́.̵̳̒.̷̖͛ ̶̡̌T̸͓̀ȩ̶͗r̵̹͛m̶̳̀i̵̱̅n̸͈͋é̸̠͘.̵͓̓
E̵̝̊̌R̷̯̭̺̈́R̸̠̣̆Ẹ̶͐͆̀ͅU̴̦̿͂R̴͈̫̿̾̅
_ S̶y̶s̸t̴è̵m̵e̸ ̶d̶e̵ ̷p̵r̶o̷p̵u̴l̴s̶i̷o̸n̵ ̴–̴ ̵5̴0̷%̵ ̸d̴e̴ ̷f̷o̸n̵c̴t̷i̷o̸n̵n̶a̶l̷i̵t̸é̸.̵ ̵ P̷r̴o̶p̵u̸l̴s̶e̸u̶r̷ ̸g̸a̵u̶c̷h̶e̷ ̷h̴o̴r̷s̵-̶l̷i̷g̴n̵e̵_̷
_̶̩͑̍S̸̜̈́y̸̜̔s̶̖̓̓t̶̤̂̊è̷̘͛m̸͕͊e̴̖͓͆̀ ̷̬̗͆̀d̷̟̘̾͌ě̸̡ ̸͒ͅc̷̀ͅȍ̷̳m̶̭̰̒̈́m̵̧͎̑u̶̱͕͊n̸̨̟͘i̶̡͎̿c̸̜̊ä̸͔̼́t̷̹͇́͗i̸͕̬͋̕o̶̡̺͛ṉ̸͌̀ͅ ̶͚͛̀–̸̠̄ ̴̩̐͆1̶̦̈́̐͜9̶͚̳̌%̶̤̘̚ ̶̺͓͋̏d̵͉̖̾ë̷̝́͘ ̴̗̾̔f̴̢̤́͘ó̵̻̞n̸̦̬͘c̶̗͛t̸͕͖̓i̴̙͑̇ŏ̵͙͎͂n̷͔̮͆̌n̷̼̋͜a̷̹̽͝l̶̨͐͛i̴̬̦̽ţ̶̏̔ę̵̺́̑̑.̶̻̩͝ ̵̜̋ H̶o̸r̵s̸-̷l̷i̶g̷n̷e̷_̵
_̶S̴y̶s̸t̸è̸m̶e̸ ̵d̶’̵a̴r̶m̴e̵m̷e̸n̷t̵ ̷–̸ ̷9̵̳̲͐0̴̻͛͝%̵̜̃͐ ̴͕͂d̴̮͋͛ẽ̸͖ ̵͎͉̉f̵͚̻̀̿ò̵̯n̴̡̾̈c̴̩̰̄͠ẗ̶͔̈́ͅi̵͖̹̿ō̵̬͝n̶̲̗̿̎ǹ̵̟͙ä̴̼́ḻ̸̑ḭ̶̠̏̊t̷͚̤͂́é̴̙̂.̸͖̍̋ ̵̝̦̇̎ G̷a̸t̷l̷i̶n̴g̶ ̶e̷n̸d̸o̵m̸m̷a̴g̶é̴e̸_̸
̶̦͔̄_̸̱͐̈S̸̭̙͑ỵ̸͈̃͘s̵̤͠t̶̼̗̋̿è̴̳͠m̶̺͕͋ę̸̕ ̴̥͎͗̚d̵̠́e̸̟̿ ̷̡̹͛n̴̼͍̈͊a̸̦̋̐v̷̨̩̕ï̵̪̝̈́g̷̣̹͑͌a̴̛̭ţ̷̈́i̵̤͚͠o̸̲̒͝n̵̤̥̾̏ ̸̢̥͒̓–̷͓̃͠ ̶̖͌͐9̶͎̾%̶̯̓͑ ̸̨̤͗̓d̴͈̭̋e̶͚͉͝ ̴͚͆ḟ̸̪̫̽o̵̧̙̓̃n̷̜̊̾c̸̮̅t̵̯̏̈i̸̟̗͗̈́ó̸͚̎n̸̟̺̽͝n̶͈̅a̶̛̻̪̓l̴͍̄̓ͅį̴̉̕t̴̫͎̉é̴̝̏̍.̵̘̙͊ ̷̟͓͝H̵̠͂̊õ̵̦͔ŕ̷̝s̶̝̊-̸̫̏̈́l̵͉͕̎ỉ̴͜g̶̟̎n̸̛͖͚͠ẽ̵̺͙_̸̨̖̿͠
̴̠̈́̎_̸̧͈̎F̴͖͎̈͋ṳ̶͙̃̾i̸̭̳͗t̸͔͠ȅ̴̡̢s̶͉͈̔ ̵̨̏̈d̴̨̅̉’̴̹̭̽͌ḙ̵̛̉ṇ̶̞̋e̷̛̗r̸̝͕̂̿g̶͕̃o̴̦̯͝n̵̼̠̆̕ ̷̹̽–̷̩̎̅ ̵̮́̚͜7̷0̸%̵ ̵d̷e̵ ̸r̷é̵s̸e̶r̸v̵e̷.̸ ̴É̵p̴a̴n̴c̵h̶e̴m̸e̵n̶t̷ ̷r̸a̵p̵i̵d̷e̴_̴
̵̣̕_̴S̵y̴s̴t̴è̴m̷e̸ ̶d̸e̵ ̶v̴e̷n̵t̴i̸l̷a̸t̶i̷o̸n̶ ̸–̵ ̶2̴8̵%̵ ̸d̸e̶ ̷f̵o̷n̸c̸t̸i̵o̵n̴n̴a̴l̶i̴t̵é̸.̴ ̶H̶o̸r̸s̴-̶l̸i̷g̷n̷e̵.̷ ̸
̴̮̖͑_̸͍̅̒Ā̸̱͖ŭ̴͍̿c̴̻̦͛́u̷̜͗̏n̸̪̲̚s̴̜̣̓͝ ̸͖͚̎a̵̱̠͘u̶̟̝̅ṭ̴͎̈́ṛ̴͛ë̷̼́͌s̸̭͊̓ ̷͓̑̚p̸̦̱̽̈́r̷̀͜o̸͚̽b̷̮͎̓l̷̻͋è̶͙͔͆m̸̟̜̈́͆ȩ̸̚s̷̱̺̿̀ ̷̼́̚d̵̮̈́͝é̵̯̀͠t̴̼̾͘e̷͕̭̕c̴̱̙̈́́t̵̩͛é̶̠͆s̵̫̹̏_̴͈̽


Comme si j’avais le temps pour ses conneries ! Forçant mon programme de raisonnement à agir, panique commençant à s’installer au fur et à mesure que le sol se rapprochait, je monopolisais la totalité de mes capacités de mon ordinateur de bord et de mon système de guide. Les signaux d’erreurs et les alarmes internes ne me disaient rien qui vaillent, mais je n’avais plus le temps pour leur accordé de l’attention. Supprimant les résultats hors de mon champ de vision, je me forçais à rester concentrer sur ma tâche. Encore quelques secondes et j’allais m’écraser.

/̵̫̳̿ ̵̰̎̃!̶̪̈́̎\̸͎̔͝ ̷͇̋C̷̝̑̕R̸̢̫͝A̵̯͐͘ͅS̴̮̗̈́̚H̶̺͓͂ ̸̟̈́̒I̶̬̻͂́M̴̙͂͝M̵͙̞̄Ï̷̜N̴̰͋́È̵̙͛N̶̖͝͠T̵̪̭̽ ̵̡̀ͅ/̴͂̌ͅ ̷̞̳̿͒!̴̱͂\̶̻̲̔
Encore cinq secondes et mettant toutes ma puissance encore disponible, je forçais la totalité de mes propulseurs à faire marche arrière. Le choc brutal entre la force alaire et la poussée contraire me donnais l’impression que mes ailerons allaient être arrachés, mais cela me donnait suffisant de temps pour enclencher la séquence de transformation, à seulement dix mètres du sol. C’est dans un bruit assourdissant et de tôles qui se froissent, qui je finissais par toucher le sol, séquence de transformation encore en cours.

Le métal se tordit, grinça, gémissant en entrant en contact violent avec le sol, soulevant des gerbes de terre et de métal, pièces et morceaux volant dans toutes les directions dans un vacarme de fin du monde qui s’arrêta une trentaine de mètres plus loin, dans un silence de mort, ne laissant qu’une longue traînée derrière moi, ayant creusé la charnière profonde. Je n’avais pas était capable de ralentir ou contrôler quoi que se soit durant cette chute, toutes mes forces me quittant, optiques chargés de grésillement, détecteurs audio de statiques et fumée montant dans les airs, carcasse maltraitée et martelée par les flammes qui dans l’action, c’étaient éteintes, pour ne plus laissées qu’une odeur de métal fondu et d’energon brûlé.

Pendant un temps incertain, je restais à terre, agonisant, allongé sur mon flanc droit. Mes processeurs cérébraux étaient vides et seule l’acide sensation de douleur parasitée tous mes circuits cérébraux et mes processeurs internes. J’allais sans doute mourir, mais j’étais alors trop endommagé pour m’en rendre compte. Sinon, j’aurais sans doute paniqué à l’idée. Megatron va me désactivé quand il apprendra ça…
S̵͇͋ī̵̼g̷̳͊ṅ̴̤ǎ̴͚l̸̳̎ ̶̜̍d̸̲̚ë̴̮́ ̷̘̈́d̶̨̃é̷̮̒t̶̹́r̴̞̔ě̷͜s̶̺̓ś̶̝e̸̬͛ ̶͕́ä̶͖́ċ̵͎t̴̆ͅi̷͈͛v̴̠̍é̵͓̈́e̷̢̕
S̵̨̤̖͉̞͙͖̩̭͖̲̹̯̬̣̈́́͆̔̾́̒̔̋̊̽͘ͅͅt̵̢̢͓̭͔͙͚̼̖̓̅̈́̏̒͊́̈͌͝͝ą̸͚͖̮͖̲̟̫̱͎̟̺̣̤͎͖́̀ͅş̶̲̹̪͊̌̑̋͆͛̐͑̈̒͑̑̉̒̈́̕͠e̸͎͓̥͎̼̦̼̤̓ ̸͕̯̯̺̼̲̬̫̪͍̯̦͓͗͜ã̴̧̼͚̘̪̖̮͔̬͇̠͈͓̲͜c̶̮̲̖̭͎͚͚͖̞̞̓̾̈́̀͛̉͂̅̉̊̌͆̂̆̃͜͝͠͠t̴̰̝͔͉̝͎͙̬̲̑̔͑̅́̀̂̕͝į̷̢̧̜̩͉̬̻̜̟̲͎̹͔͕̫̪̆͗̎ͅv̸̤̪̂é̴̢̡̡̤̹͇̲͉͓̪͉̇̈́e̵̙͈͔͙̗̬̺͐̔̐̃̕



Redémarrage des systèmes…………………………………………………………………………….. Terminé.
Récupérations des données…………………………………………………………………………….. Terminé.
Reroutage des systèmes endommagés………………………………………………………………… Terminé.
Mise en ligne de l’ordinateur de bord………………………………………………………………… Terminé.
Calibrations des processeurs…………………………………………………………………………... Terminé.
Diagnostics en cours……………………………………………………………………………………. Terminé.

_Système de propulsion – 89% de fonctionnalité_
_Système de communication – [Données corrompues] hors-ligne_
_Système d’armement – [Données corrompues] hors-ligne_
_Système de ventilation – 98% de fonctionnalité, température normale_
_Aucuns autres problèmes détectés_
Localisation…………………………………………………………………………. Aucunes données trouvées.
Date………………………………………………………………………………….. Aucunes données trouvées.
Heure……………………………………………………………………………….. Aucunes données trouvées.
Activation des optiques………………………………………………………………………................ Terminé.


Du gris. Du gris mat et une odeur d’energon séché, fus la première chose qui parvint à mes sens étriqués. Je ne ressentais pas de douleur, juste une sorte de pression désagréable sur tout le corps. Je ne m’étais pas fait beaucoup d’illusion sur mon sort lorsque je m’étais écrasé, j’étais certain que j’allais mourir, même si, sur le moment, la peur que je ressens normalement à cette idée ne m’avais pas atteint. Maintenant, je sentais l’entièreté de mon châssis trembler à cette idée. Il était préférable de penser à autre chose. Regardant autour de moi, je notais sans surprise, que je me trouvais sans aucun doute dans une baie médicale. Difficile de savoir laquelle, je n’étais pas familier avec l’environnement de toutes les bases Decepticons, cela dit, j’avais des doutes quant à la possible récupération de mon corps par mes alliés. Après tout, j’avais étais en territoire ennemi à ce moment-là. Le temps de déployer les troupes nécessaires, j’aurais déjà étais emporté par les Autobots en temps que prisonnier.

Je ne savais pas si je devais me réjouir de cette pensée. Si tel était effectivement le cas, j’ignorais ce qui pouvait se passer. Dans les faits, il était probable que dû à ma position, il était impossible que l’on me laisse aux mains de l’ennemi autant par les informations sensibles que je possédais que par mon rôle de fer de lance après Starscream, de l’armée aérienne. Pour autant, j’étais presque certain que Megatron m’arracherait l’exosquelette pour avoir osé être capturé. Une mort sans doute certaine m’attendait. Quant aux Autobots…. Difficile de savoir avec certitude, même s’ils n’égalaient pas la cruauté Decepticons, j’étais presque sûr que ses derniers auraient de quoi me faire souffrir sans problème. Après tout, eux aussi, avait besoin d’information.

- « Tiens, regardez qui est sortis de stase. »
Lâcha une voix amusée teintée d’agacement. Mon détecteur de cible trouvant aisément la silhouette venant d’entrée dans la pièce. Je passais rapidement un scan de l’individu. Avec un peu de chance, il serait dans ma banque mémorielle.
Recherche en cours…………………………………………………………………………...…………...Terminé.
_Résultat_
Désignation : Ratchet
Grade : Officier médical
Faction : Autobots
Autres informations : Tiens en haute estime Optimus Prime. Fidèle, loyal. Connu pour être grincheux. Excellent médecin. Non violent.
_Fin de résultat_

Rien de très utile, du moins, rien qui me permette d’utiliser les informations que j’avais à mon avantage. Je ne cherchais pas à bouger de ma position, inutile là aussi, même sans regarder, je savais que j’étais restreint et probablement soumis à un protocole d’immobilisation pour laisser au docteur le champ libre aux soins sans avoir un patient qui bouge dans tous les sens. Même si, dans le cas actuel, c’était davantage une précaution pour m’empêcher de fuir. Vicieux, mais nécessaire.
- « Tu as de la chance d’être vivant, il semblerait que tes camarades n’aient pas survécus à leurs chutes. Même si je doute que cela t’attriste. »
Repris mon interlocuteur, s’approchant à ma droite, ouvrant un panneau de contrôle pour observer des données et variantes. Sans doute qu’il observait mon corps sous tous ses angles.

Je gardais les yeux rivés sur le plafond, ne prononçant pas un mot. Que pouvais-je bien dire de toute manière ? Que je regrettais se qu’il c’était passé ? Ca ne ramènerait jamais mes deux compagnons. Et de toute façon, la guerre ne laissait ni le temps d’être endeuillé ni le temps de pleurer pour nos morts. J’avais depuis longtemps était anesthésié à la pestilence de la mort et de ses affres, je n’arrivais même plus à faire semblant d’être concerné. Pourtant au fond de moi, une terrible douleur à cette pensée se faisait sentir. Je me haïssais tellement d’être ainsi.
- « Si vous savez que je n’ai aucun intérêt à savoir leurs conditions, pourquoi m’en parler ? Je demandais au bout de quelques kliks, l’air amer.
- Va savoir… L’espoir que tu ne soit pas qu’une pourriture ? » Répondis sans coup-férir le médecin.

Ah oui, l’espoir. Les Autobots et leur foutu ESPOIR ! Je les détestais tellement pour ça. Moi, qui étais incapable d’avoir cette force, je m’abhorrais pour ma faiblesse et mon inhabilité à faire face à la mort. Ils étaient tous prêt à mourir pour leur leader, leur cause, leurs frères et sœurs d’armes… Moi ? Moi, j’avais peur. J’étais un lâche voyez-vous. Un couard qui avait une peur panique de la mort et dans un bide pour vivre, avez choisis le camp qui lui donnerait plus de chance de survivre dans un monde ravagé par la guerre. Cela voulait aussi dire laisser de côté sa conscience et faire ce qu’il faut pour obéir. Parce que chez les Decepticons, la désobéissance n’était pas une option. Les Autobots étaient trop faibles face au rouleau compresseur que représentait Megatron, j’avais donc pris le camp le moins risqué pour ma pathétique existence. Pitoyable… Je pensais de moi-même.

- « Si je ne suis qu’une pourriture, pourquoi me soigner ? J’entendis son système de ventilation lâché de l’air brutalement. L’équivalant d’un soupir exaspéré.
- Il n’y a vraiment que les Decepticons pour poser ce genre de question… Bouguenais-t-il, refermant le panel, avant de me regarder. Je veillerai au respect absolu de la vie cybertronienne ; je ne permettrai pas que des considérations d’âge, de maladie ou d’infirmité, de croyance, d’origine ethnique, de genre, de nationalité, d’affiliation politique, de race, de statut social ou tout autre facteur s’interposent entre mon devoir et mon patient. Il s’arrêta un instant, ses plates faciales fermes. Ca te dit quelque chose ? »
Je tournais les yeux dans la direction opposé. Évidemment. Le serment. Comment j’avais plus oublié ça ? Le Doc était loyal à mort, mais en tant que médecin ne se faisais pas soldat. Pour lui, même s’il n’appréciait guère les Decepticons, un blessé est un blessé. Et donc, il faut le soigner.

Le bruit pneumatique d’une porte qui s’ouvre attira mon attention à nouveau. Même le médecin se retourna, et lorsqu’il aperçut le nouveau venu, sembla prendre une stance légèrement plus tendue. Intrigué, mon détecteur de cible passa au scan le nouvel arrivant.
Recherche en cours…………………………………………………………………………. …………...Terminé.
_Résultat_
Désignation :Optimus Prime
Grade : Commandant Suprême
Faction : Autobots
Autres informations : Aucune
_Fin de résultat_

Décidément, je n’en finissais pas de croiser des personnalités importantes pour les Autobots. Je devais être dans une base importante. Un poste avancé n’aurait certainement pas le Commandant Suprême lui-même présent. À moins de conduire une attaque ? Je conservais l’idée dans un coin de mes circuits, avant de fixer le grand bot. Clairement pas aussi grand que Megatron, mais en imposé presque tout autant. D’une différente manière. Ce n’était pas la peur ni la crainte qui m’habitait, quand je le regardais. C’était plus… Un sentiment de sécurité. Comme si ce dernier dégagé une aura qui adoucissais le plus féroce des comportements.

- « Comment va notre prisonnier Ratchet ? Demanda-t-il de sa voix fluette et douce. Surprenant, vu la taille de ce dernier.
- J’ai fais ce que j’ai pu. Franchement, c’est un miracle qu’il ait survécu jusqu’à l’arrivée de l’équipe médicale. Il n’y a plus de fuites, j’ai réparé la majorité des dégâts qui étaient trop importants pour être laissé de côté. Je laisse le reste aux soins des nanites. Rétorqua le mech de science, démontrant une certaine rudesse dans sa voix.
- Quand sera-t-il prêt à aller en cellule ? Ses yeux bleus se posèrent sur moi. Je sentis mon système de ventilation aspirer l’air extérieur frais, presque avec soulagement. Le chef Autobot me rendait mal à l’aise.
- Bientôt. Je dirais dans un cycle ou deux, si tout va bien. Se retournant vers son patient – moi – il me scruta de la tête au pied, avant de s’approcher.
- Tu te rappelle de ce qu’il s’est passé ? Questionna-t-il, l’air pensif.
- Si par "rappeler" vous voulez dire, est-ce que je me souviens m’être écrasé au sol, la réponse est oui. Je répondis, froid et dur.
- Tant mieux. Approuva le membre médical, j’ai dû utiliser la sauvegarde d’urgence pour remettre tes circuits dans le droit chemin. Il semblerait que l’atterrissage en catastrophe ait provoqué un bug dans ton Datatrax. Je ne savais pas à quel point ta banque mémorielle était affectée, même si j’ai testé plusieurs fois. Expliqua le bot blanc et rouge, l’air détaché, mais fier de lui.
- Je… Je ne me rappelle pas des tests… Je clignais plusieurs fois mes optiques, perturbé pour la première fois depuis mon réveil, par la nouvelle.
- Je ne m’attends pas à ce que soit le cas. Seuls les circuits cérébraux et les processeurs internes étaient actifs. Je n’avais pas envie d’avoir un Decepticon en convulsion sur ma table avec des impulsions électriques qui lui traversait les contrefiches. Mais puisque tu sembles te souvenir de la plupart des événements, pas d’inquiétude à avoir. »
Sur ses paroles, il se tourna vers son leader et d’un mouvement lui demanda de le suivre. Je fixais avec étonnement ce dernier obéir, après un dernier coup d’œil sur ma personne. Fusse était Megatron, le médecin aurait sans doute prit un tir dans le pied pour avoir osé donner un ordre à ce dernier.

Laissé seul à dérivé dans mes pensées, je ne pus m’empêcher de me demander ce que j’allais subir ici. Une chose était certaine, j’allais devoir jouer fin, si je voulais survivre. Contrairement à beaucoup ma fidélité à Megatron n’était pas félonne, seulement un risque calculé. Et je n’avais pas le mental d’un bot qui pourrait supporter longtemps la torture.






> Citation(s) <

❝On a toujours le choix, mais ça ne veux pas dire que c’est aisé de faire le bon.❞
❝Calmez vos processeurs les bots, où je vous arrache les optiques.❞
❝Les héros n’existent pas et si tel était le cas, aucun d’entre vous n’en seraient un.❞

Code Caché dans règlement : Envoyez un mp à l'admin validant votre fiche.










Dernière édition par Jet-Cross le Sam 3 Nov - 17:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glam-Crusher
Free Hugs

avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 23/01/2017
Age : 33
Localisation : Sur la plage abandonnée... des cadavres empilés... attendent la fin de l'été...

FICHE PERSONNAGE
Cristaux:
19/1000  (19/1000)
Compte: Principal
Auteur de l'avatar:

MessageSujet: Re: [En cours] - Everything will fade and rust   Lun 29 Oct - 11:15

Oh? Un collègue Autobot ancien Decepticon! Chat pompom
Bienvenue à toi! : cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jet-Cross
Membre
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 24/10/2018

MessageSujet: Re: [En cours] - Everything will fade and rust   Mer 31 Oct - 17:29

Merci à toi Very Happy J'espère qu'on pourra bien s'entendre ma chère, j'ai l'impression que tu as un caractère bien trempée Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisitva
Sac-à-main de Megatron

avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 03/04/2017
Localisation : Là où vous ne voulez pas qu'elle soit ♥

FICHE PERSONNAGE
Cristaux:
0/0  (0/0)
Compte: Secondaire
Auteur de l'avatar:

MessageSujet: Re: [En cours] - Everything will fade and rust   Jeu 1 Nov - 16:14

tu nous fais signe quand la fiche est ok pour la lecture Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [En cours] - Everything will fade and rust   

Revenir en haut Aller en bas
 
[En cours] - Everything will fade and rust
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transformers Prime RPG :: Les Personnages :: -Fiches des Persos--
Sauter vers: